Commentaires de l'actualité

TERRORISME ET SOCIETE

Analogie entre terrorisme et pathologie

Quelques instants pour regarder notre société comme l'ensemble des relations humaines. Depuis la création de l'état d'Israël en 1948, le peuple juif a réduit le terrritoire de la Palestine à quelques enclaves seulement. Si nous regardons ces deux peuples comme l'ensemble rate-pancréas, nous constatons que la rate phagocite le pancréas. Par analogie, nous pouvons considérer qu'un cancer de la rate (cellules immortelles) est en train de détruire le pancréas.Une cristallisation malsaine dans nos relations humaines.

Le terrorisme, comme par hasard, se développe dans la même région du monde ! Nous pouvons considérer  ses violences comme un lupus, pathologie autodestructrice. Une partie malsaine du corps ne comprend plus qu'elle fait partie d'un ensemble encore plus grand, ne reconnait pas le reste du corps. De cette confusion, des cellules malsaines détruisent au hasard des cellules jeunes et saines.

     L'humanité souffre d'une double pathologie :  un cancer doublé d'un lupus.

Ce double processus autodestructeur peut nous conduire à la mort de notre humanité. Ce qui se passe en Syrie peut-être les prémisses d'une 3ème guerrre mondiale. Notre humanité a plus que jamais besoin d'un fort besoin de santé mentale et affective pour retrouver une santé physique, un état phyiologique. Notre humanité a plus que jamais besoin de la Paix ! Nous ne pouvons plus être neutre... Ou nous développons de véritables relations humaines saines, ou bien nous allons nous autodétruire ! C'est de la responsabilité individuelle, car un problème collectif se résout à un niveau individuel, de la même façon qu'un problème individuel se résout à un niveau collectif..... Nous sommes UN. Ou je m'engage dans un processus de paix, ou je laisse faire ce processus mortifaire, ou je participe à ce processus destructeur.

 

Toulon Sur Arroux le 16 novembre 2015

LES MIGRANTS VERS L'EUROPE

Comment l'Union Européenne va s'en sortir ?

Le flux des migrants vers l'Europe est perçu comme un déséquilibre de l'Union européenne. C'est vrai que cela engendre beaucoup de problèmes. C'est surtout un déséquilibre fondamental dans nos relations humaines. Pourquoi cette crise migratoire ? Parce que les populations locales n'ont pas envies de mourir sous les balles de gens qui imposent leurs convictions, c'est à dire nous, les occidentaux !

Pour qu'il y ait conflit, il faut qu'il y ait au moins deux parties, l'une voulant imposer à l'autre sa volonté par la force. Nous avons tous l'illusion de croire qu'imposer sa volonté aux autres résout nos problèmes parce que nous pensons avoir raison, détenir la vérité. Imposer sa volonté aux autres est toujours une violence en les privant de leur liberté. Toutes ces misères pour prouver au reste du monde que nous avons raison ! Nous sommes tous capables d'avilir les autres car nos motivations nous sembles les plus belles. Même si nous avons raison, il n'en reste pas moins vrai que nous sommes responsables de la misère et de la servitude des autres.

En fait, cette partie du monde s'entredéchire, et le continent européen récolte le sang de ces conflits meurtriers. Recueillir ces migrants ne change rien aux conflits du Moyen orient. Cela nous donne juste bonne conscience. D'un côté nous sommes terre d'asile, de l'autre nous sommes fournisseurs d'arme. En effet, les 5 pays ayant droit de véto au Conseil des Nations Unies sont des marchants d'armes. Et vous vous étonnez que le monde soit en guerre ? Recueillir ces gens règle-t-il le problème ? Nous voyons bien que les guerres ne résolvent aucun problème mais les amplifient (Irak, Afghanistan, Egypte, Lybie, etc.).

Quelle est la cause de ces conflits ? Des causes idéologiques prônées par des irresponsables qui se croient les princes du monde ? La Syrie où un chef d'état massacre son peuple pour garder le pouvoir que lui a légué son père? Le Daech, un non état qui massacre les gens et les cultures au nom d'un dieu ?

Ces conflits sont la manifestation de nos conflits individuels se cristallisant dans cette partie du monde. Ces problèmes existent simplement parce que nous faisons passer le pouvoir, l'idéologie et l'argent avant relation humaine. Ce n'est qu'une question de priorité. Avoir raison ou respecter la vie des autres ?

Comprendre que la vie d'un seul individu est plus importante que la survie de l'humanité permet d'éviter que le meurtre d'un innocent puisse justifier les meurtres de masses. Le simple respect de soi-même amène le respect des autres...

Dans ces conflits, aucun souci de Justice, aucune Compassion, pas de Sagesse. L'idéologie masque la Vérité mais tue l'Humanité !

Comment voulez-vous que tout aille bien ? Nous avons tous ce même comportement au quotidien, nous faisons passer notre sécurité psychologique au détriment de la vie des autres !

 

Toulon sur Arroux, le 14 septembre 2015.

COP 21 ET LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE

Gouverner c'est prévoir mais les gouvernements ne tiennent pas la barre du bateau...

La pollution est-elle un problème ? Le réchauffement climatique est-il un problème ?

 

Dès que nous produisons des biens, des services, de l'énergie, nous produisons des déchets. Nous avons beau faire ce que nous voulons, nous pollurons. Devons-nous détruire l'humanité simplement parce que nous polluons ? En fait c'est simple et facile à comprendre, c'est possible de dépolluer et de produire plus propre, mais c'est surtout possible différement, avec d'autres technologies. Question d'intelligence !

Nous pouvons polluer si nous sommes capables de nettoyer, de recycler. C'est une question de conscience et de bonne volonté. Pour se désintoxiquer, le corps possède des organes qui vont à la fois produire de l'énergie et de la matière, mais aussi jouer le rôle d'émonctoire, de nettoyeurs corporels. Il en va de même pour l'humanité.

Nous pensons que c'est une question de choix, en fait c'est une question de décision.  Nous pouvons décider de mettre fin à une économie de pénurie dont la loi du marché entre l'offre et la demande est faussée par des résultats réservés au profit de quelques uns au détriment de milliards d'individus. Nous pouvons décider de mettre en place une économie d'abondance grâce à la science, basée sur une répartition des richesses entre tous les êtres humains. Utopie dirons certains, surtout ceux qui vont perdre toutes les prérogatives de leurs richesses et de leurs pouvoirs.

La paix, l'égalité et la liberté sont à ce prix : la vie est plus imporrtante que l'argent, l'idéologie ou le pouvoir. Acceptez-vous de les perdre ? Qunad nous cessons d'imposer notre volonté aux autres, c'est entamons le chemin qui nous mènent à notre propre humanité.

 

Toulon sur Arroux le 15 décembre 2015

COMPASSION SELECTIVE

Le nombre étouffe les consciences

Il y a quelques jours, nous avons sur tous les médias du monde l'image d'un enfant mort sur une plage de la Méditerrané. A sa seule vue, les opinions publiques se sont émues. Les gouvernants ont bougé de leurs sièges sur lesquels ils s'étaient assoupis. C'est vrai que les places sont bonnes, elles sont chaudes, et on y mange à faire bombance.

La mort d'un enfant remue la conscience des foules. C'est un drame, une tragédie mondiale ! De la compassion pour un enfant, mais un rejet une fois devenu adulte ! Ses parents sont rejettés sur la plage de nos désolations. Nous sommes en effet désolé pour ces touristes qui voient la misère arriver dans leurs assiettes ! Quel manque de savoir vivre ! On entend des petites voix qui leur disent d'aller mourrir ailleurs !

Depuis plusieurs mois, plusieurs milliers de gens meurent noyés. C'est moins grave parce que ce nombre n'est qu'une statistique de plus dans la misère du monde. Cela fait surtout trop de morts à porter sur sa conscience.

N'est-ce pas une discrimination par l'âge ? Une discrimination par le nombre ?

Notre compassion serait-elle sélective ? Avons-nous réellement de la compassion envers chaque être humain ? Le discernement est la marque de la compassion, la discrimination est la marque d'un rejet, d'un dégout, un manque d'amour de soi et des autres...

Le droit des peuples à l'autodétermination, chère valeurs aux Lumières, est encore une fois passé à la trappe de nos démocraties.

 

Toulon sur Arroux, le 13 septembre 2015

AEROPORT DE NOTRE DAME DES LANDES

AEROPORT NOTRE DAME DES LANDES

Ô démocratie, que d'oppressions nous commettons en ton nom !

Voilà un problème qui fait couler beaucoup d'encre, du sang et des larmes !

     Pourtant la démocratie est le pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple. Nos élus n'ont qu'un devoir, celui de faire notre bonheur. Mais voila, la volonté populaire a été changée en volonté nationale et la volonté générale en dictature majoritaire. Quelle différence faisons nous entre elles ? La volonté nationale est la volonté de nos élus, qui ne peuvent et ne doivent jamais s'opposer à la volonté du peuple. Une majorité (51%) ne peut et ne doit en aucun cas s'imposer à une minorité, quelle qu'elle soit, fut-elle de 49,9% !

    Une partie du peuple ne veut pas de cet aéroport. Alors comment et pourquoi nos élus ne la respectent pas ? Parce qu'en votant pour eux, nous considérons que nous sommes ignorants et nos élus sont intelligents et sages. En votant, nous renoncons à nos libertés individuelles au profits des libertés collectives. Sauf que les Lumières avaient compris que l'intérêt collectif était la somme de tous les intérêts personnels. Aujourd'hui, l'intéret collectif est devenu l'intéret de la Nation, ceux des idéologies politiques et économiques. Il écrase l'intérêt individuel pour notre bien ! Si ! Si ! Ils nous disent qu'ils ont raison et nous, le peuple, toujours tord !

     Les Lumières avaient considéré " que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements ....afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous". Nous ne devons pas oublier que nous avons tous le droit de résister à l'oppression,  le devoir de résister à l'oppression de nos gouvernements, surtout quand ceux-ci font de la loi l'instrument de nos oppressions ! Le bonheur de tous, ce n'est surement pas le bonheur de certains (princes) au détriments des autres (esclaves).

La loi est devenu l'instrument de l'oppression des peuples par les princes que nous avons nous mêmes élus ! Nous avons élus des gens pour nous priver de liberté au nom de la sacro sainte sécurité. Sauf qu'en opposant deux droits en eux, (au lieu d'opposer un droit et un devoir) on réduit forcement les deux ! Vous pensez réellement que nous sommes plus en sécurité avec toutes ces lois liberticides ? 

 

Toulon Sur Arroux le 10 janvier 2016